Blog

Découverte du 6 ème salon de Boutis à Caissargues

Votre titre va ici

Il y a quelques semaines , le 6 ème Salon du Boutis s’est tenu à Caissargues , dans le Gard. Etant nouvelle dans la région , j’étais curieuse de découvrir cette technique régionale. Mon intention était purement motivée par la découverte culturelle d’un savoir-faire et d’une tradition ancestrale , plutôt que par le désir d’apprendre et de pratiquer cette technique.

 

En tant que néophyte , je vais aborder cet article de blog sans prétendre transmettre des connaissances, mais au contraire partager mes impressions et mes coups de cœur. Si comme moi vous vous demandez : Qu’est-ce que le boutis ?

Le boutis est une broderie en relief qui consiste à introduire une mèche de coton entre deux pièces de tissu fin , superposées et réunies par de petits points avant ou de petits pointsde piqûre suivant le tracé sur la première étoffe . Une fois les motifs sertis , le travail se poursuit sur l’envers à l’aide d’une aiguille à tapisserie. Le coton de méchage est glissé dans les motifs délimités par le sertissage pour leur donner le volume désiré (référence : France Boutis ).

Le salon présentait le travail remarquable de nombreuses associations et de grands noms du boutis , mais mon intérêt s’est particulièrement porté sur le travail de trois créatrices : Cornélia Larguier , Monique Guillard et Myriam Clusel .

Le Boutis comme Oeuvre personnelle

Ce qui m’a frappée dans leurs réalisations, c’est qu’elles ont utilisé le boutis comme moyen d’expression pour raconter des histoires, leur histoire, parfois autobiographique.

Cornélia Larguier

Cornélia Larguier réalise un travail époustouflant et titanesque , souvent inspiré de ses souvenirs de voyage. Ces détails , issus de recherches encyclopédiques et d’interprétations personnelles , sont empreints de touches autobiographiques ou humoristiques. On pourrait passer des heures à observer ses œuvres et y découvrir toujours quelque chose de nouveau. Cornélia Larguier, consacre 7 à 8 heures par jour à son art , le vivant comme une passion envahissante.

 

Monique Guillard

Monique Guillard raconte des tranches de vie à travers ses boutis. Elle a exposé un ouvrage incroyable en hommage à ses grands-parents, décrivant la vie à la campagne avec une scène détaillée de la maison, des animaux de la ferme , de la mare et des fleurs du jardin. Ses œuvres très personnelles subliment des éléments simples ,comme par exemple un pissenlit, grâce à sa créativité et son interprétation unique.

Le Boutis comme Œuvre contemporaine

 

Myriam Clusel

 

L’une des œuvres de Myriam Clusel m’a immédiatement attirée : une robe avec un col en volume, composée de pièces s’enchevêtrant , structurées par un système de baleines . Cette prouesse technique apporte un regard neuf au boutis.

Boutis et Broderie d’Embellissement : des similitudes ?

 

Peut-on voir un lien entre le boutis et la broderie d’embellissement ? Deux techniques sans relation supposée , mais peut-être parentes lorsqu’ en broderie d’embellissement nous ajoutons de la ouatine ou du molleton pour donner du volume ou du relief. La méthode n’est finalement pas si différente : on serti le contour du motif à petits points en serrant, puis on ajoute la ouatine par derrière ou un molleton en sandwich.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − 5 =

Un de ces articles pourrait peut-être vous intéresser

En avant …

En avant …

En avant ... Bonjour et bienvenue sur mon blog dédié à la broderie d’embellissement et aux arts du fil ! Je suis ravie de vous accueillir dans cet espace où je partagerai avec vous ma passion pour la broderie et tout ce qui l’entoure. Ici vous trouverez mes centres...

lire plus

Contactez-moi

Pour tout renseignement sur les cours ou stages, contactez-moi et je répondrai à votre demande.

8 + 1 =